Façade d'Arraya

  • 0 comment
  • 779 vues

Chez Laurence et Jean-Baptiste Fagoaga, un voyage au cœur du Pays basque

À la frontière de l’Espagne, au cœur des Pyrénées-Atlantiques, se trouve le village de Sare. Situé sur la « Ruta del Baztan », la voie du Baztan, qui rejoint El Camino Francès à Pampelune, il promet une immersion complète au cœur du Pays basque. Ici se loge Arraya, une maison labourdine typique de la région, ancien relais de la fin du XVIe sur le chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle. C’est dans ce cadre imprégné d’histoire que Laurence et Jean-Baptiste Fagoaga, les propriétaires, accueillent les voyageurs.

Le Pays basque entre cultures et traditions

À quelques kilomètres de Saint-Jean-de-Luz, après avoir sillonné les routes des montagnes basques qui longent la Galardiko Erreka en passant par le train de la Rhune, une halte s’impose chez Arraya. Ouvert en 1951 à l’initiative de Paul Fagoaga, le père de Jean-Baptiste Fagoaga (actuel propriétaire), cette adresse est aujourd’hui le point de rencontre des voyageurs en quête de tradition et d’histoire basque. Campé sur la place de Sare entre la mairie, l’église et le fronton – ce terrain de jeu typique de la pelote basqueArraya témoigne de l’histoire du Pays.

Façade d'un hôtel avec colombages bois traditionnels typique du sud-ouest

© Façade de l'Arraya, Aquitaine

Plan américain d'un couple, un homme à gauche en chemise noir et une femme à droite en robe à motif géométrique

Jean-Baptiste et Laurence Fagoaga, propriétaire de l'hôtel-restaurant Arraya

Une histoire de famille, narrée de génération en génération

Il y a une âme dans cette maison de famille. Une maison qui a vu grandir Jean-Baptiste Fagoaga et qui en est aujourd’hui le narrateur. L’histoire d’une maison et d’un « jeune enfant admiratif de son père, alors chef de cuisine [et pelotaris de renom]. D’un jeune enfant curieux du ballet incessant de ce beau théâtre dans lequel nous sommes en perpétuelle représentation », confie Jean-Baptiste.

Si l’on vient ici pour (re)découvrir l’histoire du Pays, on y vient aussi pour rencontrer Laurence, l’incarnation de l’hospitalité basque. Un accueil à bras ouverts et un amour de sa région qui vous embrasse aussitôt passée le pas de la porte. L’écouter, c’est plonger dans la culture basque, sa langue, ses secrets, ses savoir-faire. Il faut vivre cet accueil, voir son geste assuré au nappage d’une table, suivre son pas dans les couloirs d’Arraya, l’écouter parler de ses rencontres et des anecdotes qui rythment sa vie d’hôtelière.

Détail sur le titre d'un livre, fleur en arrière-plan

Légendes Basques, de Jean Barbier

Cet amour du patrimoine basque, Jean-Baptiste et Laurence s’emploient chaque jour à le faire rayonner. Un mot d’ordre ? La curiosité. « L’histoire est une de mes passions. Avec la richesse historique de mon village, je me fais le conteur de ce territoire, au gré des questions posées par les voyageurs », explique Jean-Baptiste.

Arraya ou l’expérience des sens

Dès l’entrée, face à l’allée des platanes, le ton est donné. Un plaisir pour les yeux, fascinés par le spectacle coloré des tissus et des linges de maisons qui déploient tous leurs attraits. Des stores extérieurs de l’entrée de l’hôtel aux nappes de la salle du restaurant, des rideaux du salon de thé et jusque dans les chambres avec leurs draps cousus main, tout ici rappelle l’histoire du territoire. Comme ce tissage traditionnel aux sept rayures qui représentent les sept provinces basques : le Labourd, la Basse Navarre, la Soule, l’Avala, la Navarre, la Biscaye et Guipuzcoa.

Détail sur des tissus à rayures de plusieurs couleurs

Boutique attenante à Arraya

Un plaisir pour l’ouïe, grâce à la mélodie des pas qui se jouent sur les dalles en terre cuites, dans les escaliers de bois ou sur les parquets des chambres aux étages. Vient s’y joindre une expérience olfactive, avec cette cire d’abeille fraîchement passée à la main sur les boiseries ou encore l’odeur du vernis, qui redonne ses lettres de noblesse à un sol qui a vu passé nombre de voyageurs.

Le rendez-vous de Sare

À goûter ?

Les produits de la petite boutique attenante. Entre fromages de pays, confitures maisons ou encore le traditionnel Pastiza, le gateau basque réalisé par Sébastien Fagoaga, le frère de Jean-Baptiste.

À faire depuis Sare

Une visite du village, classé parmi les plus beaux villages de France avant de rejoindre à moins de quatre kilomètres, le train de la Rhune qui surplombe le Pays basque.

La Sarako Bestak, en septembre

La Sarako Bestak, la fête du village de Sare, est l’occasion de s’immerger au cœur de la culture basque. Cinq jours pour vivre au rythme des chants locaux et des parties de pelote.

 

Hôtel et restaurant

Arraya

Bourg
64310, Sare

« Dormir dans un ancien relais de Compostelle dans un des plus beaux villages basques »

Réserver

Découvrez nos autres rubriques