• 0 comment
  • 2353 vues

Souvenirs d’un collectionneur : Bruno Maurel

Bruno Maurel, devant le grand orgue de la cathédrale d'Angers

Bruno Maurel, voyageur, se confie sur les rencontres qu’il a pu faire grâce à la musique et aux voyages.

Quel voyageur êtes-vous ?

Je suis un voyageur avide de culture, d’histoire. Je suis une personne curieuse, qui aime être étonnée et qui aime faire des rencontres. J’aime le voyage, il n’y a qu’à travers lui que l’on peut conjuguer toutes ces possibilités.

Comment vous est venu le goût des voyages ?

J’ai toujours aimé voyager. Déjà au collège et au lycée je trouvais l’occasion de m’évader. Lorsque j’ai terminé mes études d’infirmier je n’avais qu’une hâte, partir en Afrique, au Mali, où j’ai passé 2 mois pour rédiger mon mémoire sur la mère et l’enfant. J’aime aussi les voyages aussi en référence à la musique. Afin de parfaire mon niveau, j’ai maintes fois eu l’occasion de réaliser des stages à l’international. Des stages qui m’ont permis de rencontrer des artistes de différents pays, de leur rendre visite chez eux, dans leur univers… ce fût le début de mon carnet d’adresses. Le voyage a toujours fait partie de ma vie.

Qu’appréciez-vous au sein des adresses des restaurateurs et hôteliers de la communauté ?

Ce qui me plaît avant tout c’est de pouvoir trouver facilement de belles adresses directement grâce à la communauté. C’est un plus de pouvoir compter sur ceux qui partagent votre goût des voyages pour qu’ils vous recommandent ces endroits un peu magiques, qui rendent le voyage inhabituel. Nous voyageons à deux depuis 27 ans et nous avons toujours été satisfaits.

Photos de groupes des restaurateurs de l'Hôtel Ithurria devant les portes du restaurant

Les restaurateurs de l'Hôtel Ithurria - © Hôtel Ithurria

Qu’est-ce qui fait la différence chez un restaurateur et chez un hôtelier ?

J’aime entrer dans l’univers des restaurateurs et des hôteliers. Ce qui me plaît ce sont les demeures de caractère où la décoration n’est pas standardisée. Un accueil personnalisé et un bel emplacement viennent parfaire le voyage.

Une histoire de Collectionneurs ?

Ma plus belle histoire de Collectionneurs je la vis aux côtés des restaurateurs et des hôteliers de l’Hôtel Ithurria dans le Pays Basque où l’on conjugue l’art de recevoir et du bien manger. Mais surtout c’est cet esprit de famille qui règne dans l’établissement qui me plaît. Cette adresse aujourd’hui tenue par deux frères, l’un hôtelier, l’autre restaurateur, est tenu par la même famille depuis plusieurs générations. Des grands-parents aux petits enfants tout le monde contribue à la beauté cet établissement. Vous y trouvez cette chaleur qui fait vivre le Pays Basque. À tel point que vous en venez à fêter votre anniversaire avec les membres de cette famille, chez eux, avec eux. Nous ne sommes pas seulement des restaurateurs, des hôteliers et des voyageurs qui se rencontrent, non, aujourd’hui nous sommes amis.

Un souvenir de voyage ?

Au premier de l’an, pendant nos vacances dans les Hautes-Pyrénées, en nous rendant au restaurant Le Viscos nous avons découvert dans le village de Saint-Savin, une très belle abbatiale Romane du XIIème siècle. Parmi les nombreux objets mobiliers, il y en a un qui ne m’a pas laissé indifférent : l’un des plus anciens orgues de France datant de 1557 et toujours en état de fonctionnement.En discutant avec le chef Jean-Pierre Saint-Martin, j’ai appris que mes amis Les Sacqueboutiers, ensemble de cuivres anciens de Toulouse, que j’ai régulièrement invités dans mon festival, y avaient séjourné pour y enregistrer leur prochain disque avec l’orgue renaissance de l’Abbatiale de Saint-Savin.

Vue sur la montagne depuis la terrasse du restaurant le Viscos

Terrasse du restaurant - © Le Viscos

Chambre double avec lit king size dans les teintes ocres et bleu turquoise

© Chambre des Jardins de la Medina au Maroc à Marrakech

 

Vous êtes un passionné de musique, comment cela se manifeste-t-il dans votre vie ?

Passionné au point de mener une double vie. Tantôt infirmier, tantôt président d’une association musicale depuis 27 ans. J’organise chaque année, en Maine-et-Loire, le Printemps des Orgues. Un festival où nous cultivons, comme le voyage, l’art des rencontres. Celles qui marient les époques, d’une musique baroque à celle plus contemporaine. Celles qui unifient les pays, avec des compositeurs du monde entier. Celles qui rapprochent les générations, en se faisant rencontrer grands artistes et jeunes pousses au sein des conservatoires et des écoles de musique. Cette année j’organise une rencontre entre l’organiste suédois Gunnar Idenstan, élève de l’organiste française Marie-Claire Alain, et l’auteur-interprète-compositeur et poète Denez Prigent, celui que les médias surnomment le roi de la musique Bretonne et qui a notamment composé la musique du film La chute du faucon noir de Ridley Scott.

Amoureux de musique, associez-vous cette passion à celle du voyage ?

À force d’inviter des artistes, on finit par s’en faire des amis à qui l’on rend visite lors de nos voyages. J’ai d’ailleurs fait l’un de mes derniers voyages à Paris, à l’occasion du concert de mon ami pianiste Jean Marc Luisada, pour assister à son concert, salle Gaveau dans le 8ème arrondissement. Et quel concert, 4 bis !

Votre prochain voyage ?

Si le temps me le permet je retournerai bien à Marrakech, aux Jardins de la Medina par exemple.

 

0 comment
Découvrez nos autres rubriques