• 0 commentaire
  • 1097 vues

La curiosité, l’exigence et la générosité, vues par des Collectionneurs, hôteliers, restaurateurs et voyageurs.

montage noir et blanc avec deux femmes et deux hommes

Qui de mieux placés que des membres de la communauté pour nous expliquer les valeurs des Collectionneurs ? La parole est à Laurence Girardon, hôtelière et directrice du Domaine de Clairefontaine, Michel Dussau, Chef propriétaire de La Table de Michel Dussau, et Sophie Zejma, Voyageuse et membre du Comité Voyageurs, pour nous donner leur interprétation des valeurs centrales de la communauté : la curiosité, l’exigence et la générosité.

La curiosité 

Sophie Zejma, voyageuse :

Je suis curieuse de découvrir des adresses et d’être surprise, c’est quelque chose qui me plaît énormément lorsque je pars en vadrouille ! Avec mon compagnon nous préférons ne pas sélectionner deux fois la même adresse et jusqu’alors nous n’avons jamais été déçus. Ce qui nous surprend la plupart du temps c’est l’architecture et la décoration des établissements. Comme chez les restaurateurs hôteliers de l’Yeuse qui, pour leurs 20 ans, ont fait appel à six artistes issus du street art pour les faire intervenir dans les chambres.

 

Laurence Girardon, hôtelière :

Pour nous la curiosité repose sur deux choses : rechercher et faire découvrir. Nous sommes curieux car nous sommes toujours en recherche de nouveaux produits, de nouvelles expériences. Et la suite logique est de faire partager nos découvertes. Notre volonté est de titiller la curiosité des voyageurs en leur faisant découvrir des vins de la vallée du Rhône peu connus, par exemple, ou encore en partageant la passion de mon mari, Philippe Girardon, pour la chartreuse. Pour nous, sans partage il n’y a ni curiosité, ni expérience. Nous aimons recevoir des personnes curieuses qui veulent descendre découvrir notre cave ou qui s’émerveillent devant notre massif de 10 mètres d’arôme et qui souhaitent en connaitre les secrets.

 

Michel Dussau, restaurateur :

La curiosité, c’est à mon sens la base de mon métier. C’est être capable d’aller chercher une histoire qui fera la qualité des plats, c’est s’intéresser aux producteurs et agriculteurs qui sont à la base de notre travail, pour pouvoir offrir aux voyageurs non pas seulement un plat, mais bien une histoire. On se doit d’être curieux du matin au soir, il faut toujours se renseigner et poser des questions, aussi bête qu’elles puissent nous paraitre, car la curiosité mène à l’évolution. Chez les Collectionneurs, la curiosité, c’est l’essence même de nos maisons.

Homme assis les bras croisés avec une veste de chef noir

Le chef Michel Dussau - © Julien Domec

«La curiosité mène à l’évolution.»

Michel Dussau

L’exigence 

Sophie Zejma, voyageuse :

Quand je voyage je m’attends à être accueillie en tant que voyageuse et non en tant que cliente. J’attends que la promesse qui m’est faite dans un guide soit respectée lors de mon voyage. Chez les Collectionneurs je suis toujours reçue à la hauteur de mes attentes et reçue en tant que voyageuse unique et non cliente. Il se crée une proximité avec les restaurateurs et les hôteliers de chaque adresse. C’est cette proximité que je recherche lorsque je voyage chez les Collectionneurs.

 

Laurence Girardon, hôtelière :

Au Domaine de Clairefontaine, l’exigence c’est un bon produit avec une belle provenance, c’est travailler avec les acteurs locaux, c’est la recherche perpétuelle du meilleur que l’on puisse offrir aux voyageurs. L’exigence, pour nous c’est la promesse d’un bel accueil, d’un service impeccable. Ce sont plein de petites choses qui créaient l’expérience.

 

Michel Dussau, restaurateur  :

Cela fait 20 ans que l’exigence fait partie intégrante de mon travail. J’ai découvert ce mot lorsque je travaillais au côté d’Alain Ducasse, pendant 5 ans il m’a transmis cette valeur, qui, depuis, ne m’a jamais quitté. Pour moi, il y a savoir travailler, puis il y a le niveau au-dessus, c’est-à-dire travailler avec rigueur et exigence. L’exigence, c’est savoir préméditer, pour pouvoir éviter le moindre écart.

 

Portrait femme cheveux brun mi-long avec chemise rayée bleu blanc rouge

Sophie Zejma - Voyageuse et membre du Comité Voyageurs

«J’ai déjà voyagé hors des adresses sélectionnées par les Collectionneurs, mais nulle part ailleurs je n’ai pu retrouver pareille proximité avec les restaurateurs et les hôteliers.»

Sophie Zejma

La générosité 

Sophie Zejma, voyageuse :

La générosité à table, la générosité dans l’accueil, la générosité dans la décoration… la générosité à tous les endroits !

 

Laurence Girardon, hôtelière :

La générosité c’est accueillir des Collectionneurs qui ont déjà séjourné au Domaine, avec un grand sourire en les appelant par leurs prénoms et en prenant de leurs nouvelles. Notre métier est fait de générosité, nous répondons avec notre cœur aux questions que nous posent nos voyageurs. Nous travaillons avec passion, et la générosité coule de source.

 

Michel Dussau, restaurateur :

En tant que restaurateur, la générosité est le mot d’ordre, c’est l’essence même d’un restaurateur. Je suis fils d’agricultrice, et, petit, j’ai eu l’habitude de voir un couvert de plus à notre table, il y avait toujours un voisin, un ouvrier agricole, ou quelqu’un de passage qui venait donner un coup de main et qui se joignait à nous pour le dîner. La dégustation, c’est avant tout un partage, entre le restaurateur, le voyageur, mais également entre amis ou en famille. Le jour où je ne serai plus généreux, je devrai arrêter mon métier, car un restaurateur sans générosité ne peut pas exister.

couple femme en robe bleue marine à gauche et homme en tenue de chef à droite

Laurence et Philippe Girardon, propriétaires du Domaine de Clairefontaine

«Un grand sourire, la générosité c’est avant tout un grand sourire.»

Laurence Girardon

0 commentaire
Découvrez nos autres rubriques