Table du restaurant Le Bec au Cauchois, Restaurant Pierre Caillet

  • 0 comment
  • 1326 vues

Restaurant en Normandie : 6 adresses à (re)découvrir

Du bocage normand à la côte de Nacre, des boucles de la Seine au pays de Caux, cette belle région de l’ouest de la France offre un riche maillage des terroirs. La cuisine traditionnelle normande se veut authentique, généreuse mais aussi à double face puisque partagée entre terre et mer. Le pommeau et le cidre, les fromages au lait cru, coudoient les huîtres, les Saint-Jacques et le jambon du Cotentin. Un patrimoine culinaire riche à découvrir dans une sélection de 6 adresses de restaurateurs en Normandie.

Un restaurant en bord de mer

Un restaurant à Deauville, le « Paris sur mer »

L’Essentiel, pour une cuisine au saveurs de l’Asie

Deauville évoque aussitôt ses planches qui ont vu défiler les grands artistes du cinéma américain, son casino cher à Françoise Sagan et sa plage de sable fin immortalisée dans Un Homme et Une femme de Claude Lelouch en 1966. Dans cette charmante station balnéaire de la Côte fleurie, se dégage une atmosphère relaxante. Sur la route qui longe l’estuaire de la Seine, une halte s’impose au joli port de caractère d’Honfleur, cerclé d’étroites ruelles pavées. Deauville, avec ses villas Belle Époque, s’imposait au début du siècle comme la ville des plaisirs de la bourgeoisie parisienne.

Les chefs Mi-Ra et Charles Thuillant avec leur tabliers blanc

Chefs Mi-Ra et Charles Thuillant © les Collectionneurs -L'Essentiel © Gérard Morel

Aujourd’hui, au restaurant l’Essentiel, dans un décor moderne et épuré, Mi-Ra et Charles Thuillant, composent une cuisine inventive, raffinée, avec une touche d’Asie. Œuf frit au saté et bœuf de Wagyu sont au menu. Côté fromage, l’incontournable Pont l’Évêque règne en maître.

 

 

Le restaurant de Maximin Hellio, jusqu’au dessert !

Une cuisine ouverte sur la rue, un appartement au-dessus pour incarner les lieux et une maison à taille humaine avec un vrai confort de travail, c’est là que vous accueille Maximin Hellio, chef-propriétaire de son restaurant éponyme. Ici, on trouve deux ingrédients dans l’assiette : la proximité et la générosité. Son plat signature ? Le homard bleu de son père… le plat de prédilection paternel et le premier qu’il réalisa tout seul ! En fin de repas, on profite du dessert comme un épisode final au balais des plats.

Chef debout, accoudé à un tableau ardoise, vêtu d'une veste de cuisinier blanche

Chef-propriétaire Maximin Hellio © les Collectionneurs - Maximin Hellio © David Arraez

Dans la station balnéaire d’Étretat

Sur la Côte d’Albâtre, il est un petit village de pêcheurs devenu célèbre. Étretat, avec ses monumentales falaises de craie blanche et ses plages de galets, a inspiré Guy de Maupassant, Gustave Courbet puis Maurice Leblanc avec son fameux personnage d’Arsène Lupin. En surplomb de cette anse, le Domaine Saint Clair – Le Donjon, rend hommage à tous ces personnages romanesques. Ce bel ensemble niché dans un domaine arboré, constitué d’un petit château de style anglo-normand et d’une villa XIXe siècle dispose d’un restaurant gastronomique. Ici, l’art s’invite à la table des voyageurs qui apprécieront découvrir une décoration entièrement repensée par le créateur de mode Jean-Charles de Castelbajac.

Entrée de restaurant décorée de dessins notamment deux personnages dessinés et peint de rouge, bleu et jaune par le créateur de mode Jean-Charles de Castelbajac

Entrée intérieur du restaurant © les Collectionneurs - Domaine Saint-Clair, le Donjon

Photo portrait d'un chef en veste de cuisine blanche logotée les Collectionneurs et brodée au nom du chef, soit Gabin Bouguet

Chef Gabin Bouget © les Collectionneurs - Domaine Saint-Clair, le Donjon à Étretat © Julien Mouffron-Gardner

Avec la complicité du jardinier, le chef Gabin Bouguet cultive un jardin potager où fruits, légumes et herbes aromatiques nourrissent ses inspirations du jour. Tout ce qui ne pousse pas au jardin provient de producteurs locaux. Les produits du bord de mer comme la lotte de Normandie ou le maquereau fumé s’associent à une cuisine de caractère à savourer dans les salons donnant sur la mer et les falaises, ou l’été, sur la terrasse.

Le Havre, la ville aux mille cheminées

Postée au bord de la Manche, la ville du Havre ne laisse pas indifférent. Reconstruite après les bombardements de la Seconde Guerre mondiale, elle est depuis 2005 inscrite au patrimoine mondial de l’Unesco. Son atypique église Saint-Joseph ou encore la Maison de la Culture signée Oscar Niemeyer incarnent ce modernisme architectural.

C’est à deux pas de ces monuments qu’est implanté le Restaurant Jean-Luc Tartarin. Tout comme la région Normandie, la table havraise déploie un répertoire entre mer et campagne. La carte s’adapte aux saisons, aux retours de pêche et aux récoltes du potager. Les langoustines fumées côtoient la pomme de ris de veau fumée aux coques de noix fraîches ou l’œuf au plat en « trompe l’œil » et sa bisque de crustacés.

Annabelle habillé en blanc avec une ceinture marron qui est a coter de son mari avec sa main poser sur lui, et Jean-Luc Tartarin habillé de son tablier blanc et d'un pantalon qui à posé sa main derrière le dos de sa femme

Annabelle et Jean-Luc Tartarin © les Collectionneurs - Jean-Luc Tartarin

Un restaurant dans la capitale de la Normandie

Des grands artistes, Rouen en a vu naître. Corneille, Géricault, Flaubert ou encore Marcel Duchamp. Mais c’est Victor Hugo qui la surnomma « la ville aux cent clochers ». Rouen se découvre par un dédale de rues bordées de maisons à colombages. Depuis l’ancien Parlement au style gothique, il faut emprunter l’incontournable rue du Gros-Horloge qui se jette aux pieds de la Cathédrale et sa tour-lanterne.

Le chef Olivier Da Silva en train de verser un mélange dans une casserole, la photo est en noir et blanc

Chef Olivier Da Silva L'Odas Restaurant

C’est là que se situe l’Odas Restaurant. La table d’Olivier Da Silva ne pouvait être mieux qualifiée. Les voyageurs curieux pourront y déguster le carpaccio de bar de ligne mariné au curry ou le demi homard bleu rôti au beurre. Les plus audacieux feront confiance au chef avec ses menus à l’aveugle.

Un restaurant à Valmont à deux pas de Fécamp

 

Au sud-est de Fécamp, célèbre pour sa liqueur bénédictine, Le village de Valmont abrite Le Bec au Cauchois – Restaurant Pierre Caillet. Le jeune chef, Meilleur Ouvrier de France à 30 ans, compose dans sa cuisine laboratoire, nichée dans une charmante maison de maîtres du XVIIIe siècle.

Les salles intimistes du restaurant donnent d’un côté sur l’étang et de l’autre, sur le jardin aromatique, où Pierre Caillet y puise son imagination. Dans les assiettes, la part belle est faite aux légumes de saison.

Des herbes sauvages à la purée d’orties, la nature s’immisce dans les recettes inventives. Le local est le maître-mot. Les fruits, viandes rouges, volailles ou produits de la mer, tous ces produits proviennent de cultures et d’élevages de Seine-Maritime.

Et pour séjourner en Normandie ?

À une heure de paris, les premières richesses de la région se laissent découvrir, comme le Giverny de Claude Monet. Pour prolonger le voyage, mieux vaut s’offrir une soirée étape dans un hôtel de charme en Normandie et se laisser aller à parcourir la jolie campagne verdoyante jusqu’au front de mer. Du Tréport à la cité médiévale de Bayeux dans le Calvados, Les Collectionneurs ont concocté une sélection de 6 hôtels en Normandie le long de la côte.

 

0 comment
Découvrez nos autres rubriques