IDA © Pauline Le Goff

  • 0 comment
  • 152 vues

Les pinces à pâtes de Denny Imbroisi, chef propriétaire de Ida

Par

« Ces pinces sont à l’Italie ce que votre cafetière à filtre est au petit déjeuner français : un outil quotidien. Je ne peux pas m’en passer. Elles sont très différentes de celles souvent utilisées en France pour servir les pâtes et qui les écrasent.

En fait, j’en ai besoin pour toutes mes pâtes longues et en particulier pour mes carbonara, qui ont fait la réputation du restaurant dès le début. Ces pinces permettent de rouler les pâtes dans une louche pour en faire un nid et les présenter élégamment au centre de l’assiette.

Portrait d'un chef en veste de cuisine blanche, brodée orange

Denny Imbroisi, chef propriétaire de IDA © Julien Mouffron-Gardner

nid de carbonara dans assiette ronde vue aérienne

Carbonara - IDA © Maria Spera

C’est une hérésie pour moi de voir des “plâtrées”. Les pâtes se dégustent en quantité raisonnable et bien dressées. Ce n’est pas une garniture, c’est un plat à part entière. J’en mange tous les midis depuis que je suis petit, alors c’est sérieux !

«Les pâtes se dégustent en quantité raisonnable et bien dressées.»

D’ailleurs, de mon père qui m’a transmis la passion de la cuisine, j’ai gardé un couteau et une paire de pinces que je conserve religieusement dans une malle.

Les pinces me sont tellement familières que je les utilise même pour “sonner” le début du service, en faisant tinter les verres avec. »

Restaurant

IDA

117 rue Vaugirard
75015 Paris

« Revisiter l’Italie sous la houlette d’un chef calabrais, dont la carbonara fait courir tout Paris »

Réserver ma table

Portrait de Laurence Gounel, rédactrice en chef
Laurence Gounel
Laurence Gounel, rédactrice en chef de Collectionneurs le mag est journaliste voyage et gastronomie pour différents magazines, auteure de guides et collaboratrice rédactionnelle pour de grandes marques d'hôtellerie et du luxe.
Découvrez nos autres rubriques