Grappes de raisin

  • 141 vues

Focus sur les vins naturels

Par

Depuis quelques années, on entend des avis très contradictoires en ce qui concerne le vin naturel. Dans ce débat polarisé, il existe des adeptes et des détracteurs. Or, chez les Collectionneurs, nous incitons à l’ouverture d’esprit et à faire tabula rasa pour apprécier différents profils de vin. Ainsi, nous vous proposons de partir à la découverte des vins naturels et de profiter de ce parcours initiatique plein d’épicurisme.

Qu’est-ce que le vin naturel ?

Malgré le fait qu’il devient de plus en plus connu par le grand public, la définition du vin naturel reste assez floue, à cause d’une régularisation tardive des pratiques. Toutefois, les méthodes se figent progressivement. Depuis mars 2020, il y a un label « vin méthode nature » qui contrôle les points qu’un vin doit respecter pour être considéré comme étant naturel.

Les raisins doivent être issus de l’agriculture biologique. Par ailleurs, le vigneron est obligé de faire une vendange manuelle pour préserver la vie de la terre. Au niveau de la vinification, l’intervention humaine est réduite au strict minimum.

grappes de raisin

Grappes de raisin

En effet, l’idée est que le terroir puisse s’exprimer toute sa richesse. Pour cela, il faut que la fermentation ait lieu grâce aux levures indigènes. Ces levures sont présentes sur la pruine (une fine pellicule naturelle) des peaux des raisins. Au contraire, pour faire un vin conventionnel, les vignerons peuvent utiliser des levures externes qui favorisent l’apparition d’arômes prédéfinis.

Vendanges

Vendanges

Barriques

Barriques

Qu’en est-il des sulfites ? Dans les vins naturels, il y en a une très faible proportion. C’est pour cela que vous verrez la mention « sans sulfites ajoutés ». Pour stabiliser un vin naturel lors de la mise en bouteille, le vigneron peut employer jusqu’à 30 mg/l de SO2 (contrairement aux 150-200 autorisés pour les vins conventionnels).

Le nouveau label « vin méthode nature » empêche donc les abus d’étiquetage. En effet, avant mars 2020, certains domaines limitaient l’utilisation de soufre malgré l’emploi de raisins traités chimiquement. Ceci étant, si vous cherchez un vin naturel, le mieux est de se renseigner sur les vignes et les méthodes du vigneron.

Label

Label "vin méthode nature" © vinmethodenature

Déguster un vin « nature » : une expérience sensorielle

Mais, à quoi ressemble un vin naturel au juste ? Déguster un vin « nature » est une expérience sensorielle à part.

Pour découvrir un cru, l’idéal est de faire une dégustation à l’aveugle. C’est le seul moyen d’éviter les préjugés sur tel ou tel vin. Par exemple, alors qu’un certain public défend que le vin bio n’est pas bon, les meilleurs sommeliers seraient incapables de discerner infailliblement entre un vin bio ou un vin conventionnel. Dans le cas des vins naturels, c’est différent car il existe certains types d’arômes qui le dénoncent.

Vin au verre

Vin au verre

Il est important de garder à l’esprit qu’il n’y a pas un « goût nature » univoque. Ce serait simplifier et réduire une nature riche qui s’exprime à travers le vin. Il est vrai qu’à l’ouverture, le vin peut présenter des arômes sauvages ou fermiers. Toutefois, ils devraient disparaître après une bonne aération du vin. Par ailleurs, il n’est pas exclu que le vin soit très légèrement pétillant.

Ces deux traits sont appréciés par une bonne partie du public œnophile. Si ce n’est pas votre cas, mettez votre vin en carafe ou laissez-le respirer avant de profiter pleinement du travail des vignerons.

Une nouveauté ou un retour aux sources ?

Si le vin nature fait la une des journaux et des revues d’œnologie, c’est qu’il a un caractère faussement inouï. Il représente une nouveauté sans vraiment l’être.

En effet, le vin nature est plus un retour vers les sources de l’œnologie qu’une nouveauté à part entière. Il faut garder à l’esprit que cette approche plus naturelle veut renouer avec un passé viticole moins interventionniste.

Vendanges Melon de bourgogne © Pierre Jarrige

Vendanges

Vendanges © AFP

L’idée est de produire du vin surprenant et de savourer le vrai goût des raisins et de la terre. Après plusieurs décennies de développement industriel et agro-alimentaire, il est possible de faire du vin au goût correct avec des raisins de qualité pauvre. Grâce à l’action de levures présélectionnées et des produits chimiques, le résultat final du vin est tout à fait prédictible.

Le vin naturel prône pour un retour vers un vin plus authentique, quitte à produire moins de quantité et à avoir des années où le vin n’est pas aussi appétissant. Il s’agit de retrouver le goût du vin de nos ancêtres.

Un effet de mode ou un réel ancrage dans les goûts ?

À ce stade du parcours sur les vins naturels, vous vous demandez peut-être si cet engouement n’est pas en fait un simple effet de mode ou une tendance qui s’ancre réellement dans les goûts.

Si l’on replace la (ré)apparition des vins « nature » dans un contexte plus global, on s’aperçoit qu’elle s’inscrit dans le pari de l’éco-responsabilité et le souci des problématiques environnementales. En effet, les vignerons prônent pour la biodiversité et la vie des sols. Le but est de laisser la nature s’exprimer à travers les sensations que le vin procure.

Dans ce sens, il semble que le vin nature est là pour rester, même s’il ne s’adapte pas aux goûts de tout le monde. Comme toute nouvelle tendance, elle prend du temps à s’enraciner dans la société. Mais, le goût pour l’authentique, le local et le respect pour l’environnement devient de plus en plus important, sans pour autant détrôner les habitudes générales.

Vin nature

Vin nature © beaux-vins

Comme preuve, certains des domaines les plus prestigieux s’alignent avec le vin nature ou la biodynamie, son homologue. En guise d’exemple, on peut citer le Domaine de La Romanée-Conti ou le domaine de la Vougeraie ou le château de Pommard.

Quelles sont les régions qui produisent le plus de vin naturel ?

Pour qu’un vin soit le plus naturel possible, il faut une moindre intervention de l’humain dans toute la chaîne de production. Or, les régions n’ont pas des conditions égales ! Les régions pluvieuses ou humides ont plus tendance à développer des maladies nécessitant des traitements que les endroits secs et ensoleillés. Ainsi, il est plus « facile » de faire du nature en Languedoc-Roussillon ou en Alsace qu’à Bordeaux, en Champagne ou en Bourgogne.

L’Alsace est un exemple de région qui a parié pour les méthodes naturelles ou biodynamiques. Ces dernières mettent en pratique des concepts anthroposophiques et cosmiques de Rudolf Steiner, un philosophe autrichien. Son climat sec et ensoleillé en fait un terrain de jeu privilégié pour ces tendances viticoles et vinicoles. En effet, les Vosges servent de rempart pour protéger la région contre les nuages et les intempéries provenant de l’océan Atlantique.

Pour découvrir l’Alsace naturelle, Jérôme Jaeglevous attend dans son restaurant L’Alchémille. Il a baptisé son temple sensoriel en référence à la plante employée d’antan par les alchimistes. Grâce à son travail, cet artisan du goût a su remporter une étoile Michelin. À proximité de Colmar, vous accompagnerez des repas raffinés avec les grands crus d’Alsace. Rien de mieux pour découvrir la saveur végétale du terroir alsacien qu’un sublime vin naturel. Vos papilles vous en seront reconnaissantes !

Une main en train de taper sur un clavier d'ordinateur portable
Redacteur.com

Rédacteur.com est la plateforme de rédacteurs professionnels qui accompagnent les Collectionneurs et rédigent des contenus pour leur magazine en ligne.